image

La ville de Rueil-Malmaison présente du 10 janvier au 08 avril 2013 l’exposition « Les Peintres de Pont-Aven autour de Gauguin » à L’Atelier Grognard. Très active, la ville avait attiré beaucoup de visiteurs avec les expos « Reflets de la Seine impressionniste » en 2009 et « L’école de Rouen en 2011. Il s’agit ici de donner une vision élargie de ce phénomène unique en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle. Et les visions élargies, le Blog Sylvie de Soye aime ça.

 

La peinture comme la mode se renouvelle sans cesse. A la fin du XIXe siècle, un groupe de peintre se joint à Paul Gauguin à Pont-Aven en Bretagne. L’impressionnisme s’essoufflant, l’exotisme de ce petit bourg breton de 1500 habitants, situé non loin de Concarneau allait donner un nouvel élan à tous ces peintres en quête d’une peinture meilleure. Séduits par les paysages champêtres bordant l’estuaire de l’Aven, la belle côte rocheuse, ces artistes français viennent se ressourcer à Pont-Aven ou à Pouldu, leurs généreux habitants se prêtent au jeu en posant pour eux dans des scènes quotidiennes (Batteuses de blé – Le Croisic, fillette au pied du menhir). Ce que nous avons moins, c’est que de nombreux peintres étrangers viendront aussi puiser de l’inspiration dans ces contrées sauvages et brutes.

 

« Pont-Aven comme un laboratoire, un atelier à ciel ouvert » Hervé Duval, commissaire de l’exposition.

 

De son côté, Georges Seurat veut radicaliser l’impressionnisme avec son pointillisme vibrant, or Gauguin, très inspiré par Cézanne ou Pissarro séjournant déjà pour la deuxième fois à Pont-Aven, cherche autre chose, peut-être de « mettre du sauvage et du primitif » dans sa peinture. Sa rencontre avec Emile Bernard à la pension Gloanec, est sans doute la plus importante de l’histoire de l’art, car Bernard va apporter une touche « cloisonnante » à sa peinture : des couleurs franches et vives cernées par un trait sombre, ni ombres ni perspectives. C’est le début du Cloisonnisme, aussi appelé Synthétisme. En 1888, Maurice, Sérusier, Bonnard, Vuillard, et d’autres vont créer parallèlement  le mouvement Nabi, qui va rayonner durant une quinzaine d’années.

 

En 1891, Paul Gauguin part pour Tahiti, pour faire de l’art simple et se replonger dans la nature vierge. Il laisse ses héritiers évoluer librement, ils auront tous de succès différents.

 

150 peintures, gravures et dessins vous feront réfléchir sur les influences et inspirations de cette lumineuse école de Pont-Aven allant de 1886 à 1920. Grâce à une approche pédagogique et didactique, vous découvrirez un bel ensemble de 13 œuvres de Paul Sérusier, qui créa aussi le mouvement Nabi, mais aussi celles de Maxime Maufra, Emile Jourdan, Maurice Denis, Ferdinand Loyen du Puigaudeau, Henry Moret, Henri Delavallée, Meijer de Haan, ou Charles Filiger, ..

 

La révolution picturale sous vos yeux, qui marquera toute l’histoire de l’art moderne en Europe et ailleurs.

Consultez le site de l’exposition pour en savoir plus sur le programme des événements associés : visites guidées, soirée, .., et si vous souhaitez découvrir la ville de Rueil, consulter les propositions.

 

Vous aimez l’art et jouer, comme Sylvie de Soye ? Les Jeux Sylvie de Soye Autour de l’impressionnisme sont disponibles à la boutique du Musée, pour le plaisir de tous, petits et grands.

 

 « Les Peintres de Pont-Aven autour de Gauguin » à l’Atelier Grognard du 10 janvier au 08 avril 2013.

 

Peinture : Paul Gauguin Fête de Gloanec

Laisser un commentaire